À propos de ce blog

Prétendre posséder la vérité ? Ce serait tout aussi absurde que de prétendre posséder le soleil.

Écrire sur un blog est un exercice hasardeux, surtout quand on est habitué à parler à des interlocuteurs concrets. À qui est-ce que je m’adresse quand j’écris et fais finalement le « clic » qui propulse mes mots sur le net ? La question reste ouverte… En tout cas, à vous qui lisez ceci, et dont j’espère l’indulgence face à mes tâtonnements pour tenter d’aborder des questions profondes, où il s’agit avant tout de rester mobile et de ne rien vouloir figer. Ce que je livre ici, ce sont quelques étapes dans une recherche, qui ne s’arrête jamais. Cela m’amène à une autre difficulté : ce que j’ai écrit hier, quand je le relis aujourd’hui, j’ai déjà envie de le corriger ; d’autres mots sont venus entre-temps, plus précis, ou qui donnent une nouvelle dynamique à ce que j’avais essayé d’exprimer hier. Mais il faut aussi accepter cette part de soi qui s’est extériorisée et fixée à un moment précis, sachant que ce n’était qu’une étape provisoire.

D’après ce que j’écris sur ce blog, il pourrait sembler à première vue que je me tienne loin des questions politiques, économiques, sociales ou artistiques. Ce n’est pourtant pas le cas. Seulement, ma tâche essentielle est en lien avec le niveau spirituel de « l‘humain général », et je ne me sens pas autorisée (je n’en vois pas non plus l’intérêt) à donner mon avis à propos de questions que je n’ai pas suffisamment approfondies. J’ai surtout à coeur de partager ce qui me fait vivre et de me joindre ainsi à la multitude de personnes qui, sur le net, partagent en toute simplicité leurs expériences et leurs idées.

Je me situe comme chrétienne, non pas en tant qu’étiquette ou par tradition, mais parce que j’ai reconnu par expérience personnelle le Christ comme étant la force d’amour créatrice universelle. En même temps, je respecte les autres orientations spirituelles, religieuses ou philosophiques car je crois qu’en fin de compte elles se complètent, même si parfois, tout d’abord elles se combattent. La vérité entière ne peut être atteinte que dans la mesure où tous les points de vue s’éclairent mutuellement, comme l’évoque si bien l’histoire racontée par le Bouddha à propos des aveugles qui tentaient de décrire un éléphant. Je respecte aussi l’athéisme : pour autant qu’il ne s’érige pas lui-même en dogme, il peut contribuer à s’approcher du noyau le plus pur de l’humanité, en particulier dans la progression vers la liberté intérieure.

En même temps, je crois qu’il est urgent de redécouvrir la dimension spirituelle de l’homme et du monde. C’est là que l’anthroposophie me paraît apporter une contribution essentielle, comme point d’appui pour une pensée et une action individuelles, dans la rencontre avec d’autres personnes et d’autres courants actuels.

Je tiens à préciser que ce que j’écris n’engage que moi. Je ne me situe pas dans mes propos comme « représentante » des mouvements auxquels j’appartiens – dans lesquels, de toute façon, chacun a une entière liberté de pensée et d’expression. Et si je cite une autre personne, même de manière extensive, cela ne signifie pas que je m’y associe sans réserve, ni que j’approuverais tout ce que cette personne aurait pu dire ou faire au cours de sa vie.

Parcours

thumb_IMG_8498_1024

En quelques mots et quelques dates…

1962 Naissance et enfance à Bruxelles, études primaires et secondaires à Notre Dame des champs, engagement dans le mouvement de la non-violence et de l’écologie

1981-82 Études à l’Institut Lumen Vitae à Bruxelles : théologie pastorale et enseignement de la religion

1981-85 Licence de sociologie et d’anthropologie à Louvain-la-neuve (Belgique) Mémoire sur la cosmologie des Indiens du Sud du Pérou

1988-89 Travail social au Pérou dans le cadre de la théologie de la libération

De retour en Belgique, découverte de l’anthroposophie

Différentes expériences comme enseignante dans le secondaire : cours de religion, géographie et sciences sociales

1990 à 1994 Engagement dans la fondation de la Libre école Rudolf Steiner à Court-Saint-Étienne – La Ferme blanche (Belgique)

1994-95 Formation à la pédagogie Steiner à Stuttgart

1995-1999 Enseignante à la Libre école Rudolf Steiner de Court-Saint-Étienne

2000-2003 Formation au séminaire des prêtres de la Communauté des chrétiens à Stuttgart, en mai 2003, consécration comme prêtre

2003 à 2015 Prêtre de la Communauté des chrétiens dans le Haut-Rhin (Alsace)

2010 à 2016 Enseignement au séminaire de la Communauté des chrétiens à Stuttgart

Depuis avril 2017, prêtre en Suisse romande

Mariée, deux enfants adultes.